Rate successful

ENG

Potier d’un jour à Bát Tràng

Nghi 0 Comments

Bát Tràng fait partie des villages artisanaux les plus anciens du delta du fleuve Rouge (Nord du Vietnam) et aussi des plus florissants. Il est en effet devenue une importante centrale d’achat qui produit dans tous les styles, à l’intention d’une clientèle internationale. Il poursuit la fabrication de céramiques traditionnelles et tente l’aventure de créations décoratives, de facture plus contemporaine.

Niché au bord de ce fleuve, le village est devenu ces dernières années un des lieux incontournables des voyagistes. C’est sans conteste le village d’artisanat du Vietnam le plus connu des touristes étrangers, celui qui figure dans tous les guides de voyage.
Depuis quelques temps, il est possible de se mettre dans la peau d’un céramiste de Bát Tràng le temps de quelques heures, bref de confectionner son propre objet, de le personnaliser pour ensuite le ramener chez soi.

La porte du village affiche la couleur : « Bienvenue dans le monde des céramiques ». La rue principale est une bousculade de boutiques dont les produits débordent jusque sur le trottoir. Vases, vaisselle, services à thé jouxtent statues, objets de décoration… Tout le monde y trouve son compte.

Durant la journée, visiteurs vietnamiens et étrangers se succèdent. L’ambiance monte d’un cran le week-end avec l’arrivée de jeunes de la ville bien décidés à s’amuser. Car certains ateliers proposent depuis quelques années de mettre la main à la pâte, c’est-à-dire de confectionner soi-même une «oeuvre» de son choix, du modelage au tour jusqu’aux finitions au pinceau en passant par la cuisson.

Découvrir le métier de potier

L’atelier de Phung Huy propose 200 m² aux «potiers en herbe», séparés en deux espaces distincts : modelage et coloration.

Dans le premier sont disposés une quarantaine de tours. Les mains enduites d’argile, chacun laisse libre cours à son imagination : vase en forme de cœur, chaussure, cloche, nid d’oiseau...! «C’est vraiment intéressant. Avec de l’argile et un peu d’eau, il est possible de créer n’importe quoi», s’enthousiasme une étudiante.

Certains passent des heures à modeler et «démodeler» sans réussir à réaliser l’objet de leur choix. Qu’à cela ne tienne ! L’important est de découvrir certains aspects du métier et surtout de passer un bon moment entre amis.

Une fois que l’objet est terminé vient la cuisson, d’une quinzaine de minutes. La dernière étape est la finition, au pinceau. Difficile de décrire le sentiment de ces «potiers d’un jour», grands et petits, qui, avec un brin de fierté, s’apprêtent à couvrir leur objet de couleurs et dessins. Le tout est ensuite recouvert d’une légère couche de fixateur.

En prenant dans ses mains un joli dragon multicolore, la petite Ngoc Lam confie avec un sourire : «Je suis née l’année du dragon. Cette année 2012 est aussi l’année du dragon. Ce sera pour moi un souvenir extraordinaire».

Pour tout ceux que le modelage rebute, il est possible de s’essayer uniquement à la coloration d’objets préfabriqués.

Des rangées de petits tables garnies de pinceaux et de peintures invitent les visiteurs à s’essayer à cet art. Ils ont un large choix d’objets et de figurines, vendus entre 10.000 et 30.000 dôngs pièce.

Une ambiance studieuse règne dans l’atelier. Autour d’une table, des fillettes colorent leurs figurines, aux sons d’une musique légère.

Faire connaître le label de Bat Tràng

«Je ne me souviens pas combien de fois je suis venu ici! Ce qui me plaît, c’est la tranquillité en comparaison avec Hanoi. Et ici je peux satisfaire ma passion pour la poterie. En plus, ça me permet de faire de jolis cadeaux à mes proches», confie Lan Huong, étudiante en agronomie. Pour Viêt Anh, étudiant en économie : «Bát Tràng, pour moi, c’est synonyme de détente après une semaine de cours. C’est vraiment un plaisir de pouvoir créer soi-même de petits objets».

Selon M. Phung Huy, cette activité a connu un vrai développement ces derniers temps. Un service pourtant guère rentable, car avec seulement 10.000 dôngs, il est possible de passer la journée dans l’atelier ! Mais la motivation des patrons d’atelier est ailleurs. «Pour l’instant, c’est surtout un moyen de promouvoir les produits de Bát Tràng. Plus il y a de visiteurs, plus le label céramique de Bát Tràng, non seulement au Vietnam mais aussi à l’étranger», explique-il.

Source: Le courrier du Vietnam

Photo: Nghia Đan/CVN

Commentaires Utilisateur

Laisser commentaires

Contact