"> ');
Rate successful

Les bons conseils du voyage

La question des pourboires est toujour très délicate. D’abord ce n’est pas obligatoire forcément en principle mais c’est la coutume forte dans le tourisme en particulier, qu'on doit suivre, en basant sur l’appréciation de la satisfaction des clients auprès des prestations humaines, après être rendu de bons services.

Selon la tradition de voyage, le fait de donner un pourboire aux serviteurs tels: bagagistes dans les hôtels, pédaleurs de cyclo-pousse, rameurs , chauffeur et surtout les guides – accompagnons, est très nécessaire et pratique selon un barème au minimum. Cela présente une connaissance de la culture et le comportement humain entre Clients / Serveurs.

Certes, ceux-ci sont très mal payés par rapport à ce que vous voyez chez vous.

Il est conseillé de ne pas donner de trop petits pourboires. Il vaut mieux de ne rien donner que de donner une somme trop modique qui peut vexer et cela vous tracasse durantle voyage.

Concernant le pourboire pour les guides, prévoir d’environ de 3 à 4 Euros / Jour / Voyageur si vous êtes vraiment contents de leurs services. Lorsque le groupe possède plusieurs participants (6 ou plus) chaque voyageur peut en donner de 2 à 3 Euros.

Compter la moitié moins pour le chauffeur (sinon, vous vexerez le guide !). Petit pourboire également pour les bagagistes des hôtels.
Concernant les cyclo-pousses, s'en tenir au prix convenu. Un petit pourboire supplémentaire ne peut être lié qu'à sa gentillesse. En principe, pas de pourboire dans les cafés et dans les restos. En laisser un est affaire d'appréciation personnelle et humaine.

La pratique des offrandes

Vous voyez énorment des pélerins vietnamiens apporter et donner des offrandes et laisser un peu partout quelques DONGS sur les assiettes devant les statues ou les mettre dans une boite de la donation dans les temples et les pagodas. Là il ne s'agit pas de pourboire, mais de contribution au culte, aux prières, à l'entretien des lieux, etc. C’est aussi une très bonne coutume dans les pensées traditionnelles des vietnamiens de plus donner maintenant des offrandes aux prières de plus en recevoir après soit pour soi-même soit pour ses enfants et ses descendants. Il est de très bon ton de laisser quelques dôngs dans l'urne.


Merci bien de lire quelques règles minimales de conduite pour des voyageurs et cela vous permettra d’avoir un séjour plus agréable et de minimiser les risques d’incompréhension avec la population locale.

Merci bien de respecter la culture du pays de la destination. Cela vous présente un excellent voyage dans ce pays-là.

Ce que vous ne devriez pas faire :

- Avec votre guide-accompagnateur:               

Sachez que le guide est votre premier interlocuteur et votre premier secours en cas de problème. Etre ouvert et maintenir de bonnes relations avec le guide sont donc particulièrement importants. Certains voyageurs qui ne sont pas d’accord avec des explications du guide et cherchent souvent à le démentir en évoquant les informations données dans les livres tels que « le Guide du routard » « le Petit Futé » ou encore « Lonely Planet ». Evitez ce comportement qui peut gêner votre guide et préférez toujours le dialogue en acceptant les différences de points de vue. Quand une visite ne vous intéresse pas, il vaut mieux le dire franchement à votre guide que de le suivre en montrant une attitude désintéressée. Et bien sure que quand vous voulez avoir un service de plus hors de votre programme prévu, dans ses measures , il vous faut demander gentilment à votre accompagneur pour des conseils agréables et convenables à vous.

Evitez forcément de vous froisser avec votre guide. Si vous n’etes pas satisfait de celui-ci, téléphonez immédiatement si possible au numéro urgent de notre agence (+ 84 9 07 06 55 99) pour en changer.

- Pour les salutations, on vous conseille de vous server simplement la main. Car au Vietnam il est rare que vous voyez les Vietnamiens s’embrasser ou faire la bise lorsqu’ils se rencontrent et même les deux pour davantage de cordialité.

- Pour s’habiller, les vêtements provocateurs sont déconseillés. Préférez les vêtements avec col et à manches quand vous allez à la campagne où la discrétion et la délicatesse sont encore gravées dans l’esprit des gens.

Et pour une visite de la pagoda ou un temple, il ne faut jamais porter de shorts car pour les Vietnamiens, il s’agit d’un lieu sacré et donc à respecter absolument. Déchaussez-vous aussi à la porte, parlez à voix basse et ne touchez pas aux objets d’ornements.

- Au repas, ne piquez jamais les baguettes en droit dans un bol rempli de riz. Il s’agit donc d’une cérémonie rituelle que l’on fait seulement pour les morts.

- N'accorder qu'une confiance très relative à la réponse par l'affirmative d'un Vietnamien. Le vietnamien a des difficultés à avouer son ignorance ou son incompréhension. Donc méfiez vous, assurez vous que le “Oui" en est vraiment un. Cela doit même, pour vous, devenir un reflexe afin de ne pas avoir à gérer des situations compliquées.

- Ne jamais appeler un Vietnamien en lui demandant de s'approcher avec la pomme de la main orientée vers le haut! Car ce geste est considéré comme un manque d'éducation. Il faudra donc faire ce geste avec la pomme de la main orientée vers le sol.

- Perte de votre calme dans une conversation serait un affront pour le Vietnamien. Si une situation est délicate à gérer, il vous faut conserver votre calme sans monter le ton. Si non, vous ne feriez qu'aggraver la situation.

A faire:

- Si vous voulez prendre des photos de souvenir avec les gens dans les lieux que vous visitez, n’hésitez pas, mais avec un sourire : ils vont en être très contents et l’acceptent donc volontiers.

- Demander l’âge des gens, même des dames et des personnes âgées est bien conseillé. Car les Vietnamiens est très fiers de vous dire leur longévité. De même, c’est bien conseillé de demander aux vietnamiens s’ils sont marié ou s’il ont des enfants car se sont des questions très amicales et sentimentales.

- Appelez toujours votre interlocuteur par son prénom, qu’il s’agit d’un ami ou d’une nouvelle connaissance. Le prénom est le plus souvent le dernier mot qui compose le nom complet. Par exemple : Nguyen Van Tuan (Nguyen = nom de famille ; Van = mot intercalaire ; Tuan = prénom).

Et ce que vous devriez faire:

- Le marchandage marche toujours chez Vietnamiens pour les achats hors des supermarchés. Et bien sure que vous pouvez le faire même si vous n’avez pas d’habitude, voire dans certains magasins privés, le prix indiqué sur les articles. Il est de coutume que ce sont des prix qui vous en donnent une idée et que vous pouvez tout à fait faire réduire. Mais soyez toutefois raisonnable et sachez que dans plusieurs boutiques le prix est fixe et acceptable et sans marchandable !

- Quand vous invitez quelqu’un pour un repas, certain que vous payez ce que vous commandez. Mais lorsque vous accompagnez quelqu’un dans un restaurant, soit celui-ci paie tout, soit c’est vous. En pratique, les Vietnamiens ne partage jamais le tariff: Si l’un paie un jour, son ami l’invitera un autre jour. C’est ainsi mal vu pour les vietnamiens que l’on a un grand sens du détail. Si on vous offre le repas, n'insistez pour payer que si vous pouvez payer pour tout le monde.

- Les vietnamiens ont toujours bonnes altitudes vers les personnes âgées (ça veut dire qu’ils les respectent beaucoup). Et quand vous êtes en voyage au Vietnam, soyez à ce point comme eux: lorsque vous les rencontrez, baissez la tête en formulant votre salutation ou simplement en souriant.

- Une fois à table, On ne sert pas comme chez vous, plat après plat. On présente tous les plats à la table et chacun se sert soi-même dans tous ces plats, mais ce par petites quantités, une à deux bouchées à chaque fois.

- Acceptez que les plats arrivent, non pas dans l'ordre où vous l'imaginez, mais dans l'ordre où les serveurs les apportent. Un plat qui s'apparente à une entrée arrivera probablement en fin de repas. C'est presque une constante.

- Présentez vous aussi votre sentiment d’amitié en offrant des bonbons aux enfants que vous croisez pendant votre trajet et surtout dans les milieux ruraux et montagneux : ils vous remercient par des sourires très sympathiques et aussi par des gestes très enfantins.

- Ne soyez pas surpris si lors d'une conversation, un ou une vietnamienne inconnu coupe votre parole et votre sujet personnel en vous posant des questions: (êtes-vous mariés, quel est votre travail).

 

Marchandage

Marchandage obligatoire dans les boutiques de souvenirs sur les trotoits et dans les magasins chez les petits commerçant, où il faut prendre son temps, discuter, diviser les prix souvent par 2/3 (parfois plus) afin de trouver un compromis. 


Pour les objets courants, c'est évident qu'il existe un prix pour Vietnamiens et un prix pour touristes, multiplié parfois jusqu'à 2 ou 3 : mieux vaut marchander en dôngs. Il est conseillé d'aller s'enquérir des prix pratiqués dans les grands magasins d'État pour les objets désirés, de façon à pouvoir être en mesure de négocier les prix à la baisse dans des limites raisonnables. Le mieux serait de faire ses achats avec un Vietnamien ou votre guide à qui l'on proposera le vrai prix. 


Un petit conseil de plus : Il est interdit de les sortir du pays car elles sont considérées comme partie intégrante du patrimoine national. On trouve un peu partout des reproductions très bien faites.sque vous achetez les services ou les prestations de quelqu'un, ne payez qu'une partie d'avance. C'est un bon moyen de pression si le programme n'est pas respecté. Pour les circuits, n'hésitez pas à vous faire préciser le programme exact par écrit avec toutes les prestations détaillées. Il arrive que certains guides-chauffeurs refusent de faire plus de 100 km par jour ou de vous conduire en dehors des villes.

Achats

- Les objets laqués et incrustés de nacre. Les objets laqués ont tous les formats, toutes les formes, du galet de plage à l'armoire familiale, du tableau traditionnel incrusté de motifs en nacre jusqu'au cendrier.


- Nappes et autres broderies à acheter de préférence à Hanoi où elles sont moins chères.


- Boîtes et objets en cannelle. Merveilleuses pièces d'artisanat, faites avec l'écorce du cannelier, autrement dit en cannelle. Ces objets-qui-sentent-bon sont rarement mis en valeur dans les magasins de souvenirs.


- Chapeaux coniques : presque un symbole patriotique.


- Áo dài : la tunique traditionnelle des Vietnamiennes.


- Cuivres et bronzes : on trouve à Hanoi et à Huế des théières et des crachoirs anciens en cuivre ou en bronze.


- Faïences : les vieux bols en faïence dont la bordure est protégée d'une fine lamelle de métal ont plus de valeur que les autres.


- Porcelaines : les plus belles sont celles de Huế. Il est interdit de les sortir du pays car elles sont considérées comme partie intégrante du patrimoine national. On trouve un peu partout des reproductions très bien faites.


- Et aussi : peintures sur soie, tableaux en soie, pièces de monnaie et billets de banque...


- Conseils pour les antiquités : les magasins d'antiquités regorgent d'objets anciens, mais attention à l'arnaque (préférer Hanoi à Huế , Hoi An ou Saigon). Ils sont en vente libre, mais il est impossible de les sortir du pays sans une autorisation spéciale.

 

Poste

Poste se dit bưu điện en vietnamien. C'est toujours inscrit sur les plans de ville et sur les façades des immeubles. 
On trouve des bureaux de poste dans toutes les villes importantes. Elles sont reconnaissables de loin à leur tour horloge, et souvent une antenne de télétransmission très élevée les côtoie.

Courrier

Il est préférable d'envoyer les lettres et les cartes postales au départ des grandes villes, où les délais d'acheminement du courrier vers l'étranger sont beaucoup plus courts. Bien que ceux-ci aient tendance à diminuer, il faut quand même compter entre 10 et 15 jours pour qu'une lettre postée au Vietnam arrive en France. Mais il n'est pas rare qu'elle mette 3 semaines.


- Timbre pour une lettre : 17 000 Dg.

- Timbre pour une carte postale sans la mettre dans une enveloppe: 12 000 Dg

Téléphone et télécommunications 

Téléphone 

Téléphoner à l'intérieur du Vietnam

Depuis 2008, la numérotation téléphonique a changé au Vietnam. Il faut rajouter un chiffre devant les numéros de téléphone anciens.
- Pour les appels locaux, si vous appelez d'une autre province, il faut d'abord composer le code de la province (indiqué dans le guide à l'intérieur du bandeau de chacune des villes) précédé du 0, puis le numéro de votre correspondant à 7 ou 8 chiffres. 
- Des cabines téléphoniques sont installées dans les rues des grandes villes (Hanoi, Hồ Chí Minh-Ville). Elles fonctionnent à l'aide d'une carte. Bien pour ceux qui y restent longtemps. Inconvénient : elles sont envahies par le vacarme de la rue ! 
- Les appels locaux de la réception des hôtels sont souvent (mais pas toujours) gratuits (en ville seulement).

Téléphone international

Le prix des communications du Vietnam vers l'Europe ou l'Amérique du Nord est en baisse constante. Il en coûte désormais environ 12 000 Dg (près de 0,45 €) la minute, sachant que toute minute entamée est due entièrement. Plusieurs options s'offrent à vous : passer votre appel depuis la poste principale, dans les cabines avec compteur. On voit défiler le montant au fur et à mesure et on paie au guichet en sortant. Très pratique. La carte prépayée, intéressante uniquement si on reste longtemps (voir plus haut cabines téléphoniques), existe à plusieurs tarifs, de 30 000 à 200 000 Dg (1,30 à 8,40 €).

Et des appels depuis votre hôtel, c’est toujours certain plus cher mais beaucoup plus pratique pour vous.
C'est un peu moins cher en composant le préfixe 1719 avant votre numéro, que ce soit pour appeler à l'étranger ou à l'intérieur du Vietnam.

- Du Vietnam vers la France : composer le 00, puis le 33 (code du pays), puis le numéro de votre correspondant sans le zéro initial. Exemple : pour Paris, le numéro commencera par un 1 + 8 chiffres. 
- Du Vietnam vers la Belgique : 00 + 32 + indicatif de la ville (2 pour Bruxelles) puis le numéro du correspondant.
- Du Vietnam vers la Suisse : 00 + 41 + indicatif de la ville (Genève : 22, Bâle : 61, Lausanne : 21...) puis le numéro du correspondant.
- Du Vietnam vers le Canada : 00 + 1 + indicatif régional + numéro du correspondant.

Téléphoner de la France vers le Vietnam

Composer le 00 + 84 + le code de la ville (4 pour Hanoi, 8 pour Saigon, etc.), et enfin le numéro de votre correspondant à 7 ou 8 chiffres (au lieu de 6 ou 7 chiffres, depuis la nouvelle numérotation de l'été 2008). 
Compter environ 1,14 € la minute de conversation en journée et 0,94 € après 19 h, heure française. Les tarifs ont tendance à baisser d'une année sur l'autre.

Téléphones portables

- Les téléphones portables fonctionnent normalement, sur l'ensemble du territoire, avec l'option « monde ». Inutile de changer de puce. 
- La solution la plus économique que l’on vous conseille d’acheter sur place un téléphone portable avec une carte SIM et un numéro local. Comme cela vous pouvez nous contacter beaucoup plus facilement lors des problemes. Vous ne devez que recharger le crédit à l'aide de cartes en vente un peu partout. Facile et pas cher. 
- Les SMS sont possibles à l'intérieur comme à l'extérieur du pays. 

Téléphone par Internet (IP Voice) 

Cette option très économique est désormais possible dans la plupart des cybercafés et même dans certains hôtels

Internet

Vous pouvez vous connecter dans presque tous les hôtels sans besoin d’aller dans les cybercafés comme avant. La connexion est gratuite ou payante cela dépend de la politique des services de chaque hôtels. Les tarifs oscillent entre 5 000 et 20 000 Dg/h - autrement dit, rien du tout. Attention, claviers qwerty.

 

La langue vietnamienne

C'est une langue monosyllabiqueet tonale. Toute la difficulté du vietnamien réside dans la prononciation et l'accentuation. Imaginez qu'un même mot peut prendre des sens totalement différents selon que vous le prononcez d'un ton aigu, d'un ton descendant, d'un ton lourd ou d'un ton interrogatif.

Les mots sont monosyllabiques mais avec des accents autour et quand l’accent qui se change qui donne le changement de sens de ce mot-là.

Exemple:

Le mot BA

  - il est tout seul sans aucun accent autour, BA qui signifie numéro 3 en general et dans la langue du sud, signifie Papa

  - S’il est accompagné d’un accent aigu sur la voyelle A:  qui signifie Tonton dans la langue due Sud.

  - S’il est accompagné d’un accent descendant sur la voyelle A:  qui signifie Mami

  - S’il est accompagné d’un accent lourd avec un point sous la voyelle A: BẠ qui signifie Carnet de la registre

  - S’il est accompagné d’un accent interrogatif sans point sur la voyelle A: BẢ qui signie Pâture empoisonnée.

  - S’il est accompagné d’un accent comme le tilde sur la voyelle A:  qui signifie Déchets

De plus, au Vietnam, il y a 54 minorités ethniques qui ont donc chacune leur dialecte, incompréhensible pour un Vietnamien. Certains habitants des régions reculées des Hauts Plateaux ne parlent même pas le vietnamien, langue des basses plaines et des rizières !

Donc le vietnamien est la langue officielle pour toutes les ethnies. C’est obligatoire de l’enseigner à l’école.

Le français

Le français est encore parlé par les lettrés de la génération qui a connu l'époque coloniale, les plus de 60 ans. Il y a un renouveau de la francophonie assez sensible ces dernières années auprès des jeunes désireux de trouver du travail dans le tourisme ou dans les sociétés françaises qui s'implantent au Vietnam. Dans les campagnes, il est beaucoup plus difficile de trouver des francophones. Mais on a parfois des surprises étonnantes, même dans des trous perdus.

L'anglais

L'anglais est couramment utilisé dans les hôtels, les bureaux officiels, et dans les échanges commerciaux. On le parle plus facilement au sud qu'au nord, en raison de la présence américaine pendant la guerre du Vietnam. C'est de loin la langue étrangère la plus populaire aujourd'hui.

Alexandre de Rhodes et le quốc ngữ 

Le père Alexandre de Rhodes (1591-1660) fut l'un des premiers missionnaires de la Cochinchine. D'une famille juive espagnole convertie au christianisme, ce jésuite, voyageur infatigable, est l'inventeur du quốc ngữ, l'alphabet phonétique en caractères latins qu'utilisent les Vietnamiens. Le père de Rhodes a transcrit des milliers et des milliers de mots vietnamiens en caractères romains, provoquant une révolution dans la culture traditionnelle. 
Avec la généralisation du quốc ngữ, le pouvoir mandarinal fut menacé. Cette « nouvelle langue vietnamienne » se rapprochait des normes européennes tout en se détachant de ses racines chinoises millénaires.

 

Au Vietnam, le courant électrique est du 220 volts et les prises sont identiques aux prises françaises d'avant la normalisation européenne, sauf dans le Sud où l'on trouve dans les chambres à la fois des prises américaines et des prises européennes.

Par sécurité, prévoir toujour un adaptateur pour le voyage. Dans les villages situés le long des rivières, le courant est fourni par une multitude de microgénérateurs donc le courant n’est pas très fort.

L'électricité est fournie dans les villes et dans les zones de tribus montagnardes par quelques centrales hydroélectriques, mais elles sont en nombre insuffisant et cela provoque encore régulièrement des coupures de courant. Prévoir une lampe de poche au cas où. On voit aussi des générateurs à moteur dans les villes et dans les villages pour les moments des coupures électriques.

Et n'oubliez pas SVP d'éteindre la télé de la chambre ou tout autre appareil électrique avant de sortir. L'absence de fiabilité du système peut avoir de graves conséquences lors du rétablissement du courant, comme l'implosion de la télé.  

Attention aux toutes les sortes de fils croisés que vous voyez dans les rues pendant votre balade personnelle.  

La cuisine vietnamienne a beaucoup de qualités et très peu de défauts : elle est fine et légère, vraiment pas gras et très variée (près de 500 plats). Bien qu'elle s'en inspire parfois, elle se distingue nettement de la cuisine chinoise par le fait qu'elle est moins grasse et moins enrobée de sauces, qu'elle comporte beaucoup plus d'herbes et de légumes naturels. 
Un ingrédient fondamental sépare définitivement les cuisines vietnamienne et chinoise : c'est le nườc mắm, sauce brunâtre obtenue par la fermentation de poissons salés. Voilà un condiment national qui fait l'unanimité, du nord au sud.

Pourtant, chaque région (le Nord, le Centre et le Sud) possède ses gouts très particuliers. Normalement les plats du Sud sont les plus sucrés, les plats du Centre sont les plus épicés et piquants tandis que ceux du Nord son entre les deux.

Plat ou Premières manières venant de Riz

Il existe trois sortes de riz : le riz normal avec des grains ronds et blancs, le riz gluant qui présente des grains opaques (il sert à confectionner des gâteaux et des offrandes), et enfin le riz parfumé reconnaissable à ses longs grains. 

Soupes

- Phở : une soupe aux nouilles et à la viande, originaire du Nord. Elle varie selon les régions. Des marchands ambulants en proposent.
- Miến lươn : soupe aux anguilles avec des vermicelles transparents.
- Bún thang : soupe de nouilles de riz avec un bouillon et des morceaux de poulet, d'omelette et de crevettes.
- Lẩu : bouillon communément appelé le « pot-au-feu vietnamien ».
- Mì : c'est une soupe contenant des nouilles jaunes faites avec de la farine de blé.
 

Plats traditionnels

- Nem : crêpe de riz enroulée en cylindre, contenant des petits vermicelles, du crabe, des morceaux de porc, des bouts d'oignons, ainsi que des champignons noirs.
- Bánh cuốn : fait à partir d'une pâte de riz cuite à la vapeur, farcie de porc haché et de morceaux de champignon noir.
- Bò bẩy món : le bœuf aux 7 manières, soit 7 plats de viande de bœuf (dans certains restaurants spécialisés).
- Chả cá : filet de poisson frit et non grillé, servi avec des vermicelles de riz, des herbes aromatiques, des cacahuètes grillées, le tout parfumé de quelques gouttes de cà cuông (essence très volatile provenant du corps d'un insecte).
- Ốc nhồi : délicieuse farce à base d'escargots, enveloppé dans une feuille de gingembre et cuite à la vapeur.
- Chạo tôm : bâtons de canne à sucre enrobés d'une pâte de crevette, que l'on sert toujours grillés.
- Canh chua : soupe de poisson et de légumes à la saveur aigre-douce en raison des tamarins (fruits du tamarinier) que l'on y met pour la cuisson.
- Thit Chó : la viande de chien, et les saucisses faites avec de la viande de chien, surtout dans le Tonkin. C'est un peu gras et le goût peut être assez fort. 
- Trứng lộn : l'œuf couvé dont le poussin craque sous la dent. On le mange en entier, comme les ortolans.

Pâtisseries vietnamiennes et confiseries

- Bánh chưng : gâteau salé de riz gluant enveloppé dans des feuilles de marante ou de cocotier ou de bananier (ce qui lui donne sa couleur verte), servi à l'occasion de la fête du Têt (Nouvel An vietnamien).
- Bánh bao : brioche cuite à la vapeur, farcie de viande de porc, d'oignons, de champignons parfumés.
- Bánh dẻo : gâteau à base de farine de riz gluant, fourré de fruits confits, de graines de sésame, de graisse. Uniquement à l'occasion de la fête de la Mi-Automne.
- Mứt : fruits confits confectionnés à l'occasion de la fête du Têt.

Desserts

Le dessert vietnamien est plutôt composé de fruits frais que de pâtisseries : ananas, banane, orange, papaye, pamplemousse. Les fruits exotiques sont plus rares et donc plus chers : mangue, mangoustan, ramboutan, longane.
- Chè : dessert sucré, confectionné à partir d'ingrédients très variés : haricots blancs ou maïs ou même patates douces. Le tout est arrosé de lait de noix de coco.

Boissons

L'eau

Ne boire que de l'eau minérale (décapsulée devant vous, bien sûr). L'eau du robinet, dans les villes, n'est pas potable, et il est formellement déconseillé de boire celle des campagnes. Il existe plusieurs marques d'eaux minérales en bouteilles plastique. Celles qui ont reçu l’aide technique de sociétés françaises (La Vie, Lasska, Vital, les moins chères) et les eaux purifiées provenant de brevets techniques de sociétés américaines ou autres (A et B, La Ville, La Villa, La Vigie) sont toutes irréprochables. Les eaux vietnamiennes, en bouteilles de verre, sont saines également mais ont parfois un goût bizarre. Dans les hôtels, l'eau des thermos est en principe bouillie. Une bouteille (1,5 l) d'eau minérale coûte entre 7 000 et    10 000 Dg si on l'achète dans la rue. 

Le thé

La boisson nationale. Souvent gratuit dans les restos ou à un prix dérisoire. Le plus répandu est un thé vert servi dans de petites coupelles de porcelaine. Le même thé est réutilisé pour de nombreuses infusions : à la fin, il devient méchamment âcre ! Le thé en sachets (Lipton), qui vaut ce qu'il vaut, se répand de plus en plus.

La bière

Elle est très populaire. Chaque région a ses bierre locales mais  La Saigon Beer, Hanoi Beer, la Tiger Beer, la 333 (Ba-ba-ba) sont les plus connues. Pourtant on trouve d'excellentes marques locales, comme la Song Han à Da Nang ou la Huda Beer à Huê. Dans le Sud, on trouve la célèbre marque de bière BGI (Brasseries et Glacières d'Indochine), avalée par la marque australienne Foster.

Le café

Boisson de plus en plus répandue, sous forme de café filtre. Il est parfois difficile à boire tant il est fort ; mélangé avec du lait, il passe mieux. Quelques rares restos ou cafés chic servent toutes sortes de cafés, dont l'espresso, voire du cappuccino ! 
Attention : le café produit au Vietnam est du robusta et non de l'arabica. La variété robusta est plus forte. En outre, le café est souvent servi très serré.

 

 

Informations générales santé

Vous trouvez toutes les sortes des médicaments dans les pharmacies au Vietnam comme chez vous surtout dans les grandes villes principales, pas dans les petites villes provincials et ni dans les régions montagneuses réculées. Ici on vous mentionne certaines maladies dont on parle très souvent pour un voyage à l’étranger:  

1. Prévention du PALUDISME

 - Zone 

3 (classification française) ou C (classification OMS).

- Risque

 Le paludisme est présent dans pratiquement tout le Vietnam, sauf dans les plaines côtières au Nord de Nha Trang et dans le delta du fleuve Rouge. Il n'y a pas de transmission du paludisme dans les villes. Ainsi beaucoup des voyages touristiques habituels qui prévoient les nuits en ville ne sont pratiquement pas à risque.

 - Moyens de protections

Ils peuvent se limiter pour beaucoup des voyages touristiques habituels qui prévoient les nuits en ville à la lutte contre les moustiques. 1) Eviter les piqûres de moustiques, du coucher au lever du Soleil (risque maximum autour de minuit):

- Répulsifs (Insect Ecran Peau, 5 sur 5 Tropic; tous les répulsifs ne sont pas efficaces).

- Moustiquaires imprégnées d'insecticides.

- Bombes anti-moustiques, tortillons, vêtements couvrants.

- La climatisation réduit beaucoup l'activité des moustiques.

2) Médicaments: Lariam® ou Doxycycline® si contre-indication au Lariam®.

 

2. Prévention de la Diarrée (Choléra ou Turista)

- Risque Important (environ 50%) mais la turista est bénigne dans la majorité des cas.

- Quelques précautions

- Les aliments les plus à risque sont les plats préparés et consommés froids dans un deuxième temps, les fruits de mer, viandes, poissons peu ou mal cuits et les crudités ainsi que les fruits non épluchés par soi-même sont également à risque.

- L'eau de boisson doit être bouillie, filtrée ou consommée dans des bouteilles encapsulées. Les comprimés décontaminants (Hydroclonazone, Micropur) ont une efficacité partielle. Des systèmes de purification de l'eau individuels ou adaptés à de petites collectivités, existent maintenant avec une efficacité remarquable (système Pentacure® ou Katadyn®).

- Dans de très rares cas et sur une période courte un antibiotique préventif pourra vous être prescrit par votre médecin.

  • Si une diarrhée survient le plus important est de boire (du thé, du jus de fruit plus des gâteaux salés).
  • Des anti-diarrhéiques (Smecta®, Tiorfan®,...) peuvent être utiles. N'utilisez l'Imodium® (ou lopéramide) que le moins possible (en cas d'urgence!) et surtout pas en cas de fièvre et de diarrhée sanglante.
  • Dans quelques cas un antibiotique (par ex : Noroxine® sur 3 à 5 jours) peut se justifier (diarrhée persistante, diarrhée avec fièvre).

3. Risques éventuels  - Mise en garde vis à vis de la faune

- Eviter de marcher pieds nus sur le sable ou sol mouillé/boueux.

- Avant de vous chausser, vérifier que des insectes ou autres bêtes n'y ont pas élu domicile, leur réaction à l'arrivée de vos pieds pourrait être désagréable voire dangereuse (scorpions,...).

- Maladies sexuellement transmises En dehors du Sida, particulièrement dans les grandes villes, de nombreuses maladies transmises sexuellement pourraient vous laisser de bien mauvais souvenirs (gonococcies, chlamydiose, syphilis, herpès, hépatite B,...). L'utilisation de préservatifs en cas de rapport sexuel est donc impérative.

- Infections respiratoires Contrairement à ce qu'on pourrait imaginer les différences de température (avion, ambiance climatisée,...) et la sécheresse de l'air en saison sèche, favorisent les infections respiratoires banales (pharyngite, bronchite,...).

- Autres risques

L'utilisation de répulsifs contre les insectes est justifiée pour éviter des maladies comme la dengue, l'encéphalite japonaise, la filariose lymphatique (mais risque très faible pour le voyageur) ou d'autres maladies virales transmises par des insectes.

 4. Trousse à Pharmacie

Environ 55% des voyageurs sur un mois de séjour présentent un problème de santé et peuvent avoir besoin de prendre un médicament. Le mieux est donc d'avoir sur soi quelques médicaments courants. Ne les achetez surtout pas sur un étalage de marché.

- Voyage professionnel ou touristique

- Traitement habituel et contraceptif.

- Traitement préventif du paludisme et répulsif Insect Ecran® peau.

- Anti-diarrhéique Tiorfan®, Smecta®. Imodium® ou équivalent. Noroxine® ou     équivalent, si diarrhée fébrile (actif sur les cystites également).

- Voyage " routard "/trekking

- Traitement habituel et contraceptif.

- Traitement préventif du paludisme et répulsif Insect Ecran® peau et vêtement.

  • Anti-diarrhéique Tiorfan®, Smecta®. Imodium® ou équivalent. Noroxine® ou équivalent, si diarrhée fébrile (actif sur les cystites également).
  • Désinfectant local (Hexomedine®), pansements multi-tailles, quelques compresses.
  • Petits instruments: Ciseaux à bouts fins, pince à épiler, thermomètre.
  • Désinfectant oculaire (Dacryosérum®).
  • Anti-pyretique: Doliprane® ou équivalent (contre la douleur aussi).
  • Antibiotique: Clamoxyl® ou équivalent (infections respiratoires).  

 5. L'alimentation et l'eau

 Après les insectes, dont il convient donc de se protéger avec la plus grande efficacité (car, en plus du paludisme, ils peuvent transmettre tout un tas d'autres maladies, la dengue en particulier, épidémique fin 2009, en particulier dans le nord) et le choléra,le deuxième grand péril est lié à l'eau et à l'alimentation. Il faut éviter, autant que faire se peut, les crudités, les viandes mal cuites (très rares dans la cuisine vietnamienne), le lait et ses dérivés (encore plus rares, car les Vietnamiens ont horreur des laitages et des fromages, en dehors de La Vache Qui Rit que l'on trouve partout), et surtout les coquillages. Les fruits et légumes peuvent être consommés s'ils ont été pelés, lavés ou cuits, ce qui laisse pas mal de marge. Les fritures (nems, calamars, poulpes...) ne posent pas de problème. Enfin, n'hésitez pas à consommer, sans modération, la soupe traditionnelle, le phở, vendue partout sur les trottoirs. Le mode de préparation comprend plusieurs heures d'ébullition et c'est donc parfaitement stérile et délicieux. On y trouve des morceaux de bœuf, lesquels ne sont pas nourris avec des farines frelatées. Pour l'eau, il ne faut pas faire aveuglément confiance à la notion d'encapsulage (les industrieux vietnamiens montent des petites usines de « recapsulage » partout où les touristes apparaissent). Dans les grands hôtels et restos, en revanche, on peut avoir confiance mais on vous conseille de ne pas boire l’eau au robinet. Pour le reste, hormis les canettes trop difficiles à contrefaire, mieux vaut se fier à sa propre désinfection chimique (type Micropur DCCNa®) ou par filtration (type Katadyn®). Les filtres microbiens ont fait des progrès considérables de miniaturisation autant que d'efficacité.

Quand on parle de médecine, au Viêtnam, il arrive que l'on spécifie « médecine du Sud » (celle du pays même, situé au sud du continent asiatique), « médecine du Nord » (celle de la Chine, au nord du Viêtnam) ou « médecine de l'Ouest » (celle de l'Occident).

 En fait, la Médecine traditionnelle vietnamienne ressemble à s’y méprendre à la Médecine traditionnelle chinoise. Évidemment, elle a pris des couleurs locales, comme c'est le cas dans les autres pays d'Extrême-Orient et même dans les diverses régions de la Chine. Les principales particularités vietnamiennes concernent le choix des plantes médicinales, l'engouement populaire pour l'acupression et certaines connotations culturelles. La Chine se situe en zone tempérée tandis que le Viêtnam est en zone tropicale. Par conséquent, les deux pays n'ont pas accès aux mêmes plantes. Bien que la pharmacopée chinoise soit élaborée et précise, les Vietnamiens ont dû, par la force des choses, trouver des substituts indigènes aux plantes qu'ils ne pouvaient cultiver sur place et dont l'importation s'avérait trop coûteuse pour la majorité des gens.  

Comme en Médecine traditionnelle chinoise (MTC), les moyens de traitement de la Médecine traditionnelle vietnamienne, outre la pharmacopée, comprennent l'acupuncture, la diététique (semblable à la diététique chinoise), les exercices (tai-chi et Qi Gong) et le massage Tui Na.

Les Vietnamiens semblent toutefois accorder une place de choix à l'acupression, qu'on appelle Bâm-Châm. Ses deux formes les plus courantes sont le « Bâm-Châm du pied » et le « Bâm-Châm assis ». La première associe acupression et réflexologie dans le but de procurer détente et relaxation, mais aussi pour soulager certaines douleurs. Quant à la seconde, elle s'occupe du haut du corps dans le but de procurer de la détente et de favoriser la circulation du Qi (l’Énergie vitale). On la pratique couramment dans la rue et même aux terrasses des cafés.  

1._ Précautions Générales

Si la plupart des séjours au Vietnam ne posent aucun problème de santé significatif, quelques précautions à respecter vous permettront d'éviter bien des soucis ou de compromettre une partie de votre séjour. En dehors des grandes villes les infrastructures sanitaires sont parfois rudimentaires.

Maladies préexistantes ou prise de médicaments au long cours Vous pouvez évidemment voyager mais pensez à emporter tous vos médicaments en prévoyant plusieurs jours de plus au cas où votre retour serait décalé. Ne mettez pas tous vos comprimés dans vos bagages à soute (quelques uns se perdent). Evidemment allez voir votre médecin avant de partir.

Traumatismes (accidents de circulation, sports, ...). Ils représentent 1/3 des rapatriements sanitaires et sont parfois graves. Souvenez-vous que les véhicules vietnamiens sont souvent en aussi en mauvais état que les routes et que le respect du code de la route n'est pas une constante universelle. Donc prudence surtout le soir et la nuit (ceinture de sécurité,...) et casque impératif si vous roulez à moto.

Baignade en eau douce Elles exposent au risque de bilharziose (ou schistosomose) dont il existe encore quelques foyers dans le delta du Mékong (risque en pratique faible pour le voyageur). Le risque est très variable d'un point d'eau à un autre. Ne vous baignez que si vous pouvez obtenir un avis fiable sur place.

Marche pieds nus A éviter car en plus du risque de blessure difficile à cicatriser en milieu tropical, vous vous exposez à des infections parasitaires digestives ou cutanées (ankylostomoses,anguillulose : marche sur sol humide; larva migrans cutanée, tungose marche sur sable).

Traitements par perfusion, transfusion Si jamais en raison d'un problème de santé un traitement vous est proposé, il vaut mieux le recevoir par voie orale plutôt qu'en perfusion si c'est possible. De même n'acceptez une transfusion de sang que si cela s'avère vraiment indispensable. Cela peut permettre d'éviter des maladies transmises par le sang.

Soleil Le soleil peut entraîner des brûlures souvent très désagréables parfois sévères. Il faut éventuellement préparer sa peau avant de partir et de toutes façons il faut éviter une exposition solaire prolongée. L'utilisation de crème solaire haute protection est indispensable. Par ailleurs l'association conjointe chaleur/soleil/déshydratation peut entraîner un coup de chaleur dont certains peuvent être graves.

2. Les Vaccinations

Il n'y a aucune obligation vaccinale pour le voyageur au Vietnam. Selon la durée et le type de votre séjour, il est recommandé de faire les vaccins contre : - Tétanos- Polio (+diphtérie si possible)

Indispensable. - Il n'y a pratiquement pas de contre-indication.

Hépatite A - Très utile, surtout si séjour prolongé et voyage itinérant proche de la population vietnamienne.

Protection acquise au dixième jour environ.

Rappel entre 6 à 12 mois pour une protection de 10 ans. - Chez les plus de 50 ans, une prise de sang (sérologie) peut permettre de dépister une immunisation naturelle rendant inutile la vaccination contre l'hépatite A.

Il n'y a pratiquement pas de contre-indication. - Typhoïde - Risque faible.

Le vaccin est justifié essentiellement pour des séjours de plus d'un mois.

Protection valable 3 ans avec une injection. - Il n'y a pratiquement pas de contre-indication

Hépatite B

3 injections réparties sur 6 mois sont nécessaires pour être protégé.

Le risque est quasi exclusivement lié aux rapports sexuels sans préservatif et aux contacts avec le sang: une prévention non vaccinale est donc possible. - Chez l'adulte jeune, un voyage est cependant une excellente occasion de faire cette vaccination.

Des schémas courts sur un mois sont possibles mais la protection à long terme est mal connue. - Il n'y a pratiquement pas de contre-indication.

Vaccins d'indications plus rares

Rage - Justifié pour les voyages prolongés et itinérants ou pour les expatriations surtout chez les enfants. Il faut de toutes façons éviter les contacts avec les animaux errants.

La vaccination préventive se fait en 3 injections (jour 0, jour 7, jour 28) et ne dispense pas d'une vaccination complémentaire en cas de morsure.

Encéphalite japonaise - Justifié pour les voyages prolongés en zone rurale et surtout en période de mousson ou pour les expatriations.

La vaccination préventive se fait en 3 injections (jour 0, jour 7, jour 28).  

Quoi à porter

Que devez-vous emmener dans vos bagages? Valise (ou grand sac de voyage) ou sac à dos?

La valise ou le grand sac de voyage sera en soute lors des transports aériens alors que le sac à dos, vous pourrez le conserver en cabine.

Le sac à dos pourra contenir vos affaires personnelles telles que appareil photo, films, guides papier et vous sera utile lors de vos ballades ou trecks. Il vous servira également si vous avez prévu des nuits chez l’Habitant (où il n’est pas toujours facile d’emmener une grosse valise, laquelle pourra être conservée par votre Hôtel).

La valise ou grand sac de voyage contiendra le reste, (vêtements, chaussures…)

Votre valise vous « suivra » soit par voie terrestre (si vous avez choisi l’option chauffeur) soit vous attendra à l’hôtel où vous la récupèrerez après votre randonnée ou treck de quelques jours.

Vous avez aussi la possibilité de « laisser » votre valise à l’hôtel après avoir rendu la chambre en identifiant vos bagages avec vos nom et adresse et les récupérer en temps voulu. La plupart des hôtels vous rendent ce service.

 

ATTENTION : Sur certains vols internationaux, vous pouvez avoir droit à 30 kgs de bagages en soute (bien regarder les conditions particulières de chaque Compagnie) mais sur les vols domestiques, vous n’avez droit qu’à 20 kgs.

Un petit conseil, n’oubliez pas d’emmener dans votre sac de cabine quelques affaires de première nécessité pour prévenir les éventuels retards dans l’acheminement de vos bagages en soute.

Les contrôles de sécurité sont très stricts aux aéroports. Sachez que ciseaux, couteaux, matières liquides, matières explosives…… sont strictement interdits. Vos bagages sont systématiquement passés aux rayons X à l’entrée comme à la sortie (si vous arrivez en avion).

 

Plusieurs facteurs rentrent en jeu : les plus importants étant la saison et la région.  

Préférez plutôt des vêtements amples en coton léger ou en lin ; préférez des chemisettes à la place des polos. Vous trouverez sur place des capes de pluie ou des parapluies pour un prix plus qu’abordables.  

Les vêtements peuvent s’acheter à bon marché surtout dans les grands marchés couverts où vous n’aurez que l’embarras du choix !!!  

 La plupart des hôtels proposent également de laver votre linge.  

Si votre voyage a lieu en hiver dans le nord du Pays, prévoyez quelques vêtements chauds.  

Ne pas oublier bien entendu maillot de bain et paire de lunettes de soleil pour un séjour balnéaire ou piscine et une paire de chaussures de randonnée légères et chapeau de soleil (ou casquette) pour les trecks et randonnées.

Argent, banques, change

Au Vietnam, c’est très pratique avec toutes les sortes des monaies internationales depuis 2007 quand l’ouverture du pays était totalement faite économiquement. Donc les vietnamiens acceptent facilement ces monaies et par contre le dollar américain (USD) est le plus utilisé et considéré comme la première monaie dans les échanges commerciaux essentiels.

La monnaie nationale du Vietnam est le DONG (VND).
Au printemps 2010: 1 € valait environ 25 000 VND; 1 USD environ 19 000 VND; 1 Franc Suisse vaut environ 17 500 VND et 1 Dollar Canadien dans les 18 000 VND. 
Bien sûr, ces taux de change donnés à titre indicatif connaissent sans cesse des variations, mais l'inflation ayant désormais tendance à se stabiliser, ils suivent le mouvement et ne varient plus aussi brutalement que par le passé.

Devises étrangères

La monnaie étrangère la plus courante au Vietnam est le dollar américain (USD). L'euro est néanmoins très courtisé. Il est changé sans problème partout dans le pays. Francs suisses et dollars canadiens le sont dans la plupart des bureaux de change (mais pas tous).
Une loi stipule que tout doit être payé en VND, mais on ne peut pas dire qu'elle soit appliquée à la lettre ! Dans la pratique, on peut parfois payer en dollars ou en euros. Dans l'industrie touristique, les prix sont d'ailleurs souvent énoncés et/ou affichés en dollars américain (USD). 
- Conseil : éviter de régler vos achats en VND dans les boutiques et magasins au prix fixe en USD. D'une part, le vendeur qui ne veut pas cela et d'autre part, la conversion des USD en VND s'arrondit toujours à votre désavantage. C'est également le cas pour l'euro.

Banques

En règle générale, dans toutes les villes, grandes et moyennes, où elle a des bureaux des banques telles:la Vietcombank, Techcombank, Agribank … etc acceptent les devises étrangères en espèces, les chèques de voyage et les cartes de paiement (surtout Visa et MasterCard). Dans tous les cas, toujours se présenter muni de son passeport sauf en liquide. 
L'infrastructure bancaire et financière est un peu plus avancée à Hồ Chí Minh-Ville qu'à Hanoi.
- Les banques ouvrent généralement de 7 h 30 à 11 h (ou 11 h 30) et de 13 h 30 à 16 h (ou 16 h 30), tous les jours en semaine, et parfois le samedi matin. Elles sont fermées le dimanche.

Change

Nous vous conseillons de changer vos devises progressivement et non pas en une seule fois, et de garder toujours sur vous des petites coupures. En effet, il n'est pas toujours facile à payer avec de trop gros billets. 
Changer de préférence dans les banques ou les bijouteries (euros ou dollars), plutôt que dans les hôtels.
Normalement, il n'y a pas de commission sur le change. Recomptez et vérifiez toujours la somme que l'on vous remet, sauf si elle est comptée par une machine, ce qui est fréquent.

Chèques de voyage

La plupart des banques les acceptent, notamment à Hanoi, à Hồ Chí Minh-Ville et dans les villes touristiques. Dans des lieux reculés, impossible de changer des chèques de voyage mais on trouve des distributeurs acceptant les principales cartes de paiement. La commission bancaire prélevée sur les chèques de voyage varie de 0,5 % (Vietcombank) à 4 %.

Cartes de paiement

On trouve désormais des distributeurs partout dans les moyennes et grandes villes, et de plus en plus d'hôtels acceptent les cartes de paiement. Reste que la plupart des commerces appliquent une commission, souvent de 3 %, parfois un peu plus.

Budget

Tout est négociable, surtout en basse saison.

Budget « étudiant » et sac à dos

On peut, si l'on voyage à l'économie, prévoir un budget moyen de 35 € par jour et par personne (si l'on voyage à deux) : 10 à 15 € pour une chambre double, 2 repas à 6 €, le reste étant consacré aux boissons, aux transports et à la visite des monuments. Mais cela implique des hébergements simples, une nourriture locale dans les petits Bui Bui sur le trottoir et des transports locaux en commun.

Budget économique pour voyageur individuel

En prévoyant entre 40 et 60 € par jour, on pourra descendre dans des hôtels un peu plus confortables, s'asseoir à de meilleures tables et faire un voyage un peu moins fatigant en empruntant les minibus ou des taxis locaux.

 

Façon de donner un cadeau à quelqu'un

Les vietnamiens souhaitent toujours avoir de bons souvenirs quand ils rencontrent des étrangers et surtout quand ils ont eu leur présence à la maison. Cela leur donne tellement des gloires auprès de leurs amis et ils peuvent raconter de vous des heures sans arrets.  

C’est pour cette pensée qu’ils souhaitent aussi avoir un petit cadeau de chez vous comme une preuve d’avoir vu ou d’avoir eu connaissance Un Européen devant leurs amis. Ils peuvent sortir toujours votre cadeau en présentant à leurs amis et en se parlant de vous comme un des bons amis étrangers.  

C’est bien de préparer certaines petites choses comme des cadeaux depuis chez vous pendant votre voyage sur place. Il vous faut savoir que les vietnamiens apprécient beaucoup les produits cosmétiques amenés de France : Des petits échantillons, un petit rouge à lèvres, une crème hydratante, tout cela peut faire mément plaisir aux femmes. Tandis que les hommes aiment bien le vin français meme s’ils ne comprenent pas trop le vin mais comme ils ont entendu parler de très bon vin français et les vins sont connus et entendus par eux comme les Bordeaux.

Généralement ils ne font pas de distinction entre un grand cru et un jeune vin. Pourvu que ce soit une bouteille fabriquée en France, ils l’apprécieront et ils peuvent dire tout de suite à leur amis à leur visite à la maison comme une bouteille de vin précieux et un grand cadeau venant de l’autre bout du monde et ils le gardent très lontemps. Les enfants adorent du chocolat, de préférence au lait. Le chocolat noir, quoi que plus cher, ne convient pas trop. Ils aiment également des stylos, des cahiers, des gommes ainsi des ballons venant de votre pays.

Comme nous travaillons ici sur place avec certaines associations qui s’occupe des enfants en difficultés et des écoles dans les endroits réculés du pays et que nous faisons annuellement un programme de la promotion du tourisme solidaire, nous recommandons donc gentillement à nos clients d’apporter, au cas où le programme de voyage prévoit des visites dans les villages, écoles ou des nuits chez l’habitant, de petits cadeaux pour les enfants. Des outils scolaires : bics, stylos, cahiers… seront appréciés

Votre question

Contact