Rate successful

Découvrir Hanoi à travers son architecture française - 1/2

Pierre Yves 0 Comments

Citadelle Co LOaMais avant toute chose, rappelons qu’on a trouvé des traces d’occupation des lieux datant de 3000 ans avant JC…

Un des tous premiers sites connus est la Citadelle de Co Loa (257 avant JC), à une vingtaine de kilomètres de la Capitale actuelle. Considérée comme la plus ancienne citadelle du Vietnam, elle a été érigée sous le règne de Thuc An Duong, fondateur de la dynastie légendaire des Thuc. Ce village ancestral constitue l’ancienne capitale du royaume d’Au Lac, ancien nom du Vietnam. Une muraille en colimaçon le protégeait, d’où son nom (Co Loa = colimaçon).

Pour ceux que ça intéresse, ils y trouveront un musée historique, deux temples et quelques tombes. Le tout loin du tourisme de masse...

 

Temple de la LitteratureCeci étant rappelé, on peut raisonnablement situer la date de naissance de Hanoi en 1010, quand Ly Cong Uan décrète la cité « capitale impériale ». C’est sous son règne qu’on érige le Temple de la Littérature, en 1070, qui d’ailleurs deviendra 6 ans plus tard, la première université du Pays, qui formera lettrés et fonctionnaires jusqu’en… 1915. Malgré l’histoire mouvementée du Pays du Dragon, ce site remarquable est toujours présent, havre de paix, de silence et de fraîcheur au milieu de l’effervescence de la capitale moderne.

Les 800 années qui ont suivi ont vu la Chine régulièrement envahir la zone, causant au fil du temps son déclin, jusqu’à ce qu’en 1802, le roi Gia Long, dirigeant de la dynastie des Nguyen décide de déménager la capitale impériale à Hué. Il fait détruire le vieux palais et en fait construire un autre, à la Vauban.

Perdre son titre de cité impériale n’empêche cependant pas la ville de se développer. En 1831, le roi Minh Mang change le nom de Than Long en Hanoi. Mais en 1887 Hanoi devient capitale de l’Indochine française…

 

Carte postale ancienne TonkinIl nous faut maintenant parler de ce qu’on appelle aujourd’hui «Le vieux Quartier».

A cette époque, la ville n’était qu’un réseau d’environ 36 rues, qui composent donc, pour partie, le Quartier Ancien actuel. Chaque rue était dédiée à une corporation spécifique : la rue de des bijoux, de la soie, de la métallurgie, de la poterie ou des nattes… Bien avant l’arrivée des français, le site bénéficiait d’une solide réputation de zone commerciale sur le Delta du Fleuve Rouge.

C’est aussi dans le Vieux Quartier que se situent la Pagode au Pilier Unique et un des plus vieux temples de Hanoi, daté du 9ème siècle : le Temple de Bach Ma.

Rue Hang TreLa caractéristique peut-être la plus intéressante du Vieux Quartier est la façon dont les maisons ont été conçues. Des centaines d’années durant, les rois ont imposé à leurs sujets que leurs habitations ne dépassent pas la hauteur du palanquin royal. Un rapide calcul géométrique et surtout pragmatique, prenant en compte surface habitable et densité de population, a déduit une habitation dont la façade étroite serait réservée aux échoppes, tandis que le corps du bâtiment, tout en longueur, abriterait ateliers, salle à manger et chambres à coucher.

On voit toujours ce style de construction de nos jours, mais avec quelques étages de plus que la hauteur d’un royal palanquin…

Mais revenons à nos colons français. Leur arrivée marquera de son empreinte très forte le paysage architectural hanoïen. Ils ont métamorphosé la physionomie de la Cité, créant un style qui n’existait pas en Asie du Sud-Est, voire peut-être même dans toute l’Asie. Comme le soulignait Paul Bert, alors gouverneur général, qui lança le projet de la vitrine de France en Indochine : « Tout était permis, pourvu qu’on inscrivît la puissance coloniale dans la pierre ».
Le processus d’implantation de l’architecture française à Hanoi s’est toutefois déroulé en deux temps :

Hanoi OperaC’est tout d’abord, de 1900 à 1920, une « imposition stricte de l’architecture française», avec l’apparition de constructions au style franco-français. On citera l’Opéra, l’Hôtel Métropole, la cathédrale Saint Joseph ou la Banque de l’Indochine. Dans leur facture de style classique, monumentale et avec leurs façades imposantes, elles sont les symboles ostentatoires de la stabilité du Protectorat et l’envie d’une présence coloniale durable au Vietnam.

 

Voilà pour cette première partie que bien entendu je vous invite à commenter ! Et si vous êtes dans le coin et que ce sujet vous interpelle, n'hésitez pas à passer nous voir ou nous contacter, nous nous ferons un plaisir de vous dessiner un circuit découverte pour vous ;)

Je vous dit à très bientôt pour la suite de cet article !

 

Commentaires utilisateur

Laisser un commentaire

Top